Objets trouvés

A son retour de déportation et sur le cahier de sa 3ème interrompue au Lycée Colbert, Addy a commencé à noter ce qu’il avait vécu.

D’où que l’on vienne, il faut garder un objet près de soi, c’est le conseil maternel qu’Alphonse Marie a suivi fidèlement.


José Batista de Matos a remonté ce trophée des profondeurs du sous-sol parisien.

Soundirassane a conservé, avec tout son contenu, la valise qu’il avait lors de son arrivée en France en 1972.

Arpick Missakian est la rédactriche en chef du quotidien français en langue arménienne Harratch. Elle vit à Paris, à l’étage au-dessus du journal qu’elle dirige.

Exilé en 1975 alors que les Khmers rouges s’emparaient du Cambodge, Thonn Ouk a conservé cette timbale en argent, un des rares objets de sa vie d’autrefois.

« Le marteau de la guerre d’Espagne » a suivi sa mère et Maria Luisa tout au long de leur exil.

Nghi porte toujours avec elle le chapelet bouddhique et une carte que sa grand mère lui a transmis.

Un carnet transmis par son père et hérité des générations de musiciens qui l’ont précédé.

Pierre Radvanyi a conservé, malgré bien des périples, son premier livre d’enfant.

Dans son village natal aujourd’hui déserté, Giorggio a retrouvé un objet de son enfance paysanne.

Partager:
  • email
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • del.icio.us
  • LinkedIn
  • blogmarks
  • Google Bookmarks
  • RSS