Addy Fuchs

Ecoutez : Addy parle du yiddish, une langue enfouie et resurgie plusieurs fois tout au long de sa vie
« Il faudrait que je travaille ma mémoire » (2’28)

Après son retour de déportation, il s’est tu pendant 15 ans. A l’origine de ce silence, une phrase en yiddish qu’il ne peut oublier.
Hotel Lutétia (1’46)

Voir le portrait complet d’Addy Fuchs sur le site de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

A son retour de déportation et sur le cahier de sa 3ème interrompue au Lycée Colbert, Addy a commencé à noter ce qu’il avait vécu.

Partager:
  • email
  • Print
  • Twitter
  • Facebook
  • Digg
  • del.icio.us
  • LinkedIn
  • blogmarks
  • Google Bookmarks
  • RSS